Recherche

Books & Burgers

Fresh buns and new chapters from Mathieu Guibé

Gaspard Burger – Angoulême (16)

Où : Gaspard Burger – Angoulême (16)

Quoi : Burger au pesto

Combien : ~16€

Honte à moi, j’ai mis bien trop longtemps à rédiger cette chronique et j’en ai oublié le nom du burger et son prix.

Gaspard, c’est sans doute le meilleur bar à burgers d’Angoulême. C’est l’endroit que je recommande à tous les amateurs de burgers gourmets. J’en suis à mon troisième passage là-bas, et si les frites étaient à l’époque trop grasses servies en gobelet, ce détail étant de l’histoire ancienne, les burgers ne m’ont jamais déçu.

Pour cette visite estivale, j’avais opté pour ces recettes un peu fraîches de l’été, pesto et tomates confites. Presque un classique tellement l’association fonctionne et se retrouve sur la plupart des cartes des restaus de burgers. Le pesto ici était maison alors, ça se tente. Malheureusement, il sera un poil trop salé, ça donne soif et ça couvre un peu les saveurs, mais la quantité de fromage fondu, les petites tomates, la viande limousine et un bun moelleux. Miam ! Le burger reste au top.

Les frites sont servies sur l’ardoise qui sert d’assiette, bien aérées, croustillantes et maison, of course !

Bref, chez Gaspard, c’est une carte dédiée aux burgers, des recettes classiques à des compositions originales (et qui évoluent selon la saison). Les prix sont honnêtes pour des burgers gourmets en France. L’équipe est très sympa. Vivement la prochaine fois.

En conclusion :

4

Les + :

  • la carte
  • la viande limousine
  • le tout fait maison

Les – :

  • un pesto un peu trop salé, on a frôlé la perfection
  • un peu trop difficile à manger à la main

 

Publicités

Rems – Lyon (69)

Où : Rem’s Burger – Lyon (69)

Quoi : Le Parma Burger

Combien : 16 €

Le Rem’s, c’est un peu le burger impossible. Ouvert du lundi au vendredi, étant moi-même sur Lyon généralement le week-end pour des salons, nos horaires semblaient incompatibles. Jusqu’aux vacances de Noel 2015 où nous passâmes quelques jours en ville… Mais le restau était fermé pour les congés !

Il a donc fallu attendre le salon du vampire en septembre 2016 et une arrivée anticipée un vendredi midi pour profiter d’un diner au Rem’s. L’attente en valait-elle le coup ?

L’accueil est bizarre, on avait réservé pour 4, on est arrivés un peu en retard après avoir prévenu et quand on arrive, on nous dit que notre table n’est pas prête. On nous pose sur une table de dix en nous disant qu’il faudra bouger quand la nôtre sera libre, sauf qu’on nous indique plus où moins un comptoir avec des tabourets alignés contre la vitrine… Super disposition pour un repas entre amis (surtout ceux que tu vois une fois par an)…

Après avoir pris conscience qu’une tablée de 8 s’étalait sur presque 12 places, la serveuse les tassent un peu et nous libère une vraie table. Cool ! On peut passer aux choses sérieuses.

J’hésite entre le classique cheddar bacon et le Parma burger (pancetta, crème de parmesan, tomate rôtie…), l’idée d’une crème au parmesan me décide et je ne regrette pas. Tout dans le burger est bon, le seul point faible est la rareté de cette crème au parmesan délicieuse. Les tomates rôties font leur office fraicheur avec ce petit côté sucré/acide. La viande est bonne, bien cuite. La pancetta est dur à découper avec les dents (problème quand on mange à la main), mais ça se fait. Le bun est top.

Le burger est accompagné de frites maison avec des sauces maison (qui tuent), par contre le coleslaw est anecdotique (je suis super difficile en coleslaw, je crois que seul celui du défunt Chez Mégane et Bastien avait grâce à mes yeux).

Au moment de payer, je rencontre le boss qui discute un peu et est hyper adorable et hyper pro. De quoi effacer l’arrivée bizarre que l’on a eue.

En conclusion :

4

Les + :

  • La carte qui ne laisse pas indifférent
  • Les ingrédients frais et les sauces maison

Les – :

  • Quand c’est bon, on en veut plus (la crème au parmesan)
  • le lieu étroit et bruyant (mieux vaut éviter le vendredi soir)
  • le coleslaw

 

Sushi Rush – Angoulême (16)

Où : Sushi Rush – Angoulême (16)

Quoi : Sushi Burger

Combien : 10€50

Alors non, ce n’est pas une blague, je parle bien d’un restaurant de sushi. La cuisine fusion a donné naissance au sushi burger, comprenez : les sensations du sushi avec la forme du burger, mais la ressemblance s’arrêtera là, tout du moins pour la dégustation. Dur, dur de manger à la main un bun fait de riz légèrement frit.

La composition comprend de l’avocat, du concombre et du daikon (radis japonais jaune) et bien sûr du poisson en tartare (thon ou saumon au choix). Un légère sauce sur la galette inférieure vient relever le tout (ce qui évite de devoir tremper son poisson dans la traditionnel sauce soja).

L’ensemble est frais, c’est un régal quand il fait chaud. Le poisson était particulièrement fondant. Donc même si on passe à côté d’un vrai burger et que ça tient plus du gadget, le plaisir gustatif est bien là.

Sushi Rush est un nouveau restaurant sur Angoulême et on a tout de suite été séduit par son côté vivant ; il sort des sentiers battus des traditionnels restaurants de sushi, une carte qui se renouvelle avec des makis du jour aux recettes plus « gastronomiques », une carte avec des ramens, des plats chauds ou des salades (dont la salade de papaye qui a l’air bien bonne… c’est moi qui dit ça), une fournisseur de boissons et desserts qui proposent un choix intéressant et varié (des mochis glacés miam).

En conclusion :

3.5

Les + :

  • Un faux burger gadget mais délicieux
  • un restaurant vivant et actif
  • un sushi burger à Angoulême !

Les – :

  • Un faux burger gadget qui se mange avec des couverts (ou baguettes)
  • le prix des produits importés qui gonflent rapidement la note

 

Chez Steph – La Rochefoucauld (16)

Où : Chez Steph – La Rochefoucauld

Quoi : Burger de bœuf à notre façon

Combien : 19 euros

Alors il va être très difficile d’émettre un avis sur ce burger, car ce n’en était pas un. Comme vous le voir sur la photo, il s’agit d’une sorte de pièce montée sur une tartine de pain à l’ancienne. On est loin du burger qu’on mange avec les doigts, on est loin du burger tout court. Alors oui, c’est écrit « à notre façon » dans le menu, mais c’est aussi écrit « burger ».  Un steak sur du pain, ce n’est pas un burger, ce n’est même pas un burger revisité. Je pense que pour 19 euros qui en général le prix d’un bon burger gourmet au foie gras, ça aurait mérité un descriptif dans le menu (et non, je n’ai pas demandé avant, si je vois écris burger, je m’attends à un burger).

En dépit de ce petit goût d’arnaque, les produits sont extrêmement bons, ce restaurant est réputé pour la qualité de sa viande (le prix ira avec…) et on comprend pourquoi, ça fond dans la bouche. Ils refusent même la cuisson « bien cuit » en cuisine, incompatible avec la viande de bœuf limousine. Bref, ils maitrisent leur truc. La « tarter » ou « burgine », bref la tartine, se compose d’une petite compotée de légumes à la provençale, de champignons, de bacon et d’un œuf poché. C’est frais et savoureux, mais j’ai quand même l’impression de bouffer un steak avec une salade de légumes (on y revient) sans que ça en justifie le prix.

On notera que le serveur m’a échangé mon couteau à steak pour un couteau à viande (fil sans dents) pour découper… un steak haché… Pas vraiment utile, surtout que ma tartine grillée, aurait-elle, appréciée un couteau à dents. Ce fut un beau combat dans mon assiette.

Les frites maisons sont très bonnes, rien à redire là-dessus.

A noté que 3 personnes ont eu une digestion particulièrement « difficile » à la suite de leur repas, ce qui n’était pas mon cas, heureusement, mais ça fout mal pour un restau de cette étiquette…

En conclusion :

1

La note reflète celle donnée à un burger et comme ce n’en était pas un… Le plat en lui même restait très bon, mais c’est majoritairement le sentiment de déception qui demeure à la fin du repas, surtout au moment de la note.

Les + :

  • La qualité du plat
  • Les frites

Les – :

  • le prix
  • l’utilisation abusive du terme burger (on frise l’arnaque)

 

La plage café – Hourtin (33)

Où : Hourtin Plage

Quoi : Hawaien

Combien :  7€20 le burger

Profitant de quelques jours au calme au bord de l’océan, je me renseigne sur les opportunités de burger du coin et je découvre l’existence de ce petit restau près de la plage à Hourtin même notre lieu de villégiature. Que demande le peuple ?

Alors en raison d’une panne technique de mon téléphone, je n’ai pas pu prendre en photo ni le restau, ni le burger, l’image qui illustre cet article a été récupérée sur le facebook du Plage Café. Comme vous pouvez le constater, le local est aux allures d’un café de surfeurs et je dois avouer que c’est très immersif malgré une taille réduite et la proximité des cuisines qui chauffent pas mal la pièce en plus du temps estival déjà bien chargé.

La carte propose une vingtaine de burgers, mais aussi salades, sandwiches (dont du ban-mih !) et paninis (et des frozen yogurts !). On pourrait croire que la carte fournie est dû à l’utilisation de produits congelés. Que nenni ! Les produits sont frais, locaux, de saisons et le pain, artisanal. La section burgers propose une dizaine de recettes très classiques, et l’autre moitié explore des saveurs plus exotiques de la cuisine du monde (tandoori, yakitori, mexicain, hawaien…).

Je penche pour le burger hawaien : ananas, bacon, poulet pané, cheddar. Un peu tout ce que j’aime avec une tentative de sucré salé (pas illogique puisque le cheddar + bacon est souvent associé à la sauce BBQ). Les burgers sont de tailles très correct, ils sont difficiles à finir mais la chaleur et l’heure à laquelle nous sommes allés nous restaurer n’ont pas aidé. La qualité des produits est bonne, le bun se rapproche du type pain (à noter que le bun varie en fonction de la recette), je n’en ai pas gardé un souvenir impérissable mais il était très correct. Un poil déçu par le façonnage, le poulet ne ne couvrait pas la moitié du bun et a eu tendance à se faire la malle.

Les frites quant à elles, dans le genre allumettes, étaient forts bonnes et croustillantes à souhait. Ça passe tout seul 🙂

Rajoutons que pour un bon burger à petit prix, dans un endroit sympa, on a eu en prime un accueil franc et cordial de la part d’une équipe au top. Si on repasse dans le coin, on ne manquera pas d’aller y refaire un tour, mais le lieu n’est ouvert qu’en saison estivale, il faudra donc attendre un peu.

En conclusion :

3.5

Les + :

  • la carte
  • la qualité des produits
  • le lieu, l’équipe

Les – :

  • le façonnage

 

Ici Grenoble – Grenoble (38)

Où : Ici Grenoble – Grenoble

Quoi : Ici Ciro

Combien : 15€

Deuxième dégustation dans ce restaurant grenoblois qui m’avait fait forte impression avec son New-York Classic. J’opte ici pour une recette plus fraiche et estivale à base de burrata, pesto, roquette et tomate à laquelle j’ajoute l’option compotée d’oignons. Autant souligné que la carte est bien fournie en burgers et qu’il est dur de faire un choix, d’autant plus qu’elle varie au cours de l’année et que le burger du moment à base de crevettes et de sauce sésame me faisait de l’œil. Heureusement Cécile le commande, je pourrais au moins y goûter.

A Ici Grenoble, l’équipe de serveurs/euses est au top. Toujours. On a une grande tablée de 8 personnes un vendredi soir, mais tout le monde est souriant, à l’écoute et ils prennent la commande de mémoire (et ne se trompent pas !).

Grosse tablée oblige, les burgers, pour arriver en même temps, sont plus ou moins tièdes, ce qui est le cas du mien. Peu importe, je retrouve déjà les éléments qui m’ont plus la dernière fois, un bon bun, de la bonne viande et du bon fromage. La burrata est vraiment onctueuse et c’est parfait pour une sensation de légèreté (après 4 burgers dans la même semaine, c’est ce que je cherche). En revanche, la compotée d’oignons écrasée sous la viande avec une rondelle de tomate se fait trop discrète. Si je ne l’avais pas vue de mes yeux, j’aurais pu croire qu’elle avait été oubliée. En parlant de la rondelle de tomate, elle fait plus l’effet d’une déco qu’un vrai plus gustatif ; j’étais habitué au choix de tomates séchées avec le pesto (ici discret), ce qui apporte ce petit côté acidulé qui relève les saveurs, tandis qu’ici la tranche gorgée d’eau n’est même pas acide.

Les frites quant à elles sont croustillantes et accompagnées d’une sauce maison à tomber par terre. Un délice.

Quelques petits détails qui baissent l’appréciation générale du burger, mais il est certain que je retournerai dans ce restau, tant le choix est varié, la qualité au rendez-vous et l’équipe au top.

3.5

En conclusion :

Les + : Les frites et leur sauce, le bun, la burrata

Les – : Burger tiède, pesto et oignons discrets, choix de la tomate

Bonus : Le burger crevette et sauce sésame était délicieux ^^

 

 

The Duke – Annecy-le-vieux (38)

Où : Le Duke – Annecy-le-vieux (Isère)

Quoi : Le brigand

Combien : Formule frites + boisson à 14€50

De passage à Annecy pour rendre visite à une amie et profiter des eaux du lac sous le soleil, je repère deux adresses dignes d’intérêt : Frenchy et le Duke. Par proximité au lac et avec une carte intéressante, on  opte pour le Duke. Regrette, regrettera pas ?

La carte me met l’eau à la bouche, la chaleur du soleil en terrasse ou de la cuisine en intérieur, beaucoup moins. Je troque le traditionnel burger cheddar bacon (un classique pour tester) pour varier les plaisirs et je choisis le brigand avec son brie, ses champignons et sa persillade. Une vraie recette d’automne mais qui va me faire passer un sacré été.

Je n’irai pas par quatre chemins, ce burger était un délice ; je suis certain qu’il ne fait pas exception dans la carte. Le bun est tout bonnement comme je les aime : moelleux sans être une brioche, il tient bien dans la main, il ne se casse pas et il est onctueux sans être bourratif. Parfait. Les saveurs se marient fort bien et les champignons ajoutent de la texture en bouche, entre croquant et élasticité (oui, ça fait bizarre de dire ça). Le fromage ajoute une note parfaite, ni trop forte ni trop absente et la persillade assaisonne le tout sans que l’ail domine.

Les frites sont, quant à elles, croustillantes, chaudes et fondantes inside. Une super burger avec une carte qui donne envie d’y retourner, malheureusement, Annecy c’est bien loin de la maison T_T. S’il faut trouver un petit défaut, le burger était un poil trop gras (c’est moi qui dit ça ?) pour passer avec la chaleur ambiante. Mais je pinaille pour ne pas avouer que ça frôlait la perfection.

4,5

En conclusion :

Les + : tout et une carte variée avec un goût de reviens-y en prime

Les – : Un poil trop gras

 

Casse-croûte à Dédé – Grenoble (38)

Où : Le casse-croûte à Dédé – Grenoble – Isère

Quoi : L’auvergnat de Nicolas

Combien : 12€50

Hésitant entre ce restau et le Hamburgé, les vacances (non annoncées sur la page facebook, dommage de ne pas utiliser les réseaux pour ça) du second faciliteront le choix. Le casse-croûte à Dédé est un charmant fast-food (comprenez service au comptoir) bistrot avec une déco de petit chalet franchouillard pas dégueue. Histoire de coller jusqu’au bout avec le thème, j’opte pour un burger auvergnat : lard, cantal, sauce tomate fumée et oignons frits.

Du classique, mais du bon. On notera les délicieuses sauces maisons qui accompagnent des potatoes pas assez croustillantes à mon goût (encore une fois, c’est une question de préférences perso).

Bref, sur un mode de fonctionnement fast-food, on a un très bon burger qui manque juste un poil de folie ^^

En conclusion :

4

Les + : le bun, les ingrédients en général, les sauces maison

Les – : un manque d’originalité (en même temps, le concept du restau joue la carte du terroir), les potatoes trop moelleuses

 

Magic Candy Bar – Grenoble (38)

Où : Magic Candy Bar – Grenoble – Isère

Quoi : In Savoie we trust (diot de Savoie, reblochon)

Combien : 14€90

Restaurant découvert pour son brunch par des amis, nous y avons été conviés pour tester leurs burgers revisités. Histoire de rester dans le produit local, je choisis un burger reblochon, diot de Savoie (saucisse) en plus du steak.

Le bun est une brioche fraiche, mais une vraie de vraie. Un poil trop sec à mon goût, sans le moelleux qu’on pourrait attendre, épaisse et cassante. Le diot apporte du goût mais aussi une texture étrange à la dégustation ; c’est pas forcément gênant, juste désagréable ce qu’il faut pour se dire que sa bouchée ne fond pas sur la langue.

Déception sur l’accompagnement : des pommes de terre cuites en papillote (alors là, c’est juste une question de préférences personnelles), la crème ciboulette est très bonne en revanche et me fait regretter l’absence de potatoes (oui, je me répète).

En bref, une bonne volonté mais une dégustation moyenne due à un manque d’harmonie dans les ingrédients.

En conclusion :

3

Les + : l’ambiance, les sauces, le fromage, le goût du diot

Les – : l’accompagnement,  la texture du diot

Bonus : Le vendredi soir, vous aurez le droit à un magicien de proximité qui viendra vous régaler de quelques tours pendant l’attente de vos plats. Sympathique, drôle et performant, vous passerez un bon moment dans une ambiance originale et créatrice de liens entre les différentes tablées.

 

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑